En 2020, la France a largement respecté son budget carbone, en raison de la baisse d’activité liée au covid-19

Un article de Novethic, par Concepcion Alvarez, le 06/10/2021.

En 2020, la France a respecté sa trajectoire de baisse des émissions, en émettant moins de CO2 que prévu dans ses objectifs. Mais cette bonne nouvelle pour le climat n’est due qu’à la pandémie de Covid-19 qui a mis à l’arrêt l’économie. Le pays est par ailleurs l’un des plus en retard au niveau européen sur le développement des énergies renouvelables.

La France a émis 8 % de moins que le plafond de CO2 autorisé.
CC0

C’est ce que l’on peut appeler une fausse bonne nouvelle. Alors que la France a été condamnée au début de l’année, dans l’Affaire du siècle, pour ne pas avoir respecté son budget carbone, des données récentes montrent que le pays a largement tenu ses objectifs pour l’année 2020. Pour réduire ses émissions de CO2 et atteindre ses objectifs climatiques, la France se fixe un « budget carbone », c’est-à-dire un plafond d’émissions de CO2 sur une période déterminée. Ce budget carbone est sans cesse dépassé.

Mais, en 2020, la France est restée sous le plafond autorisé. Selon des données encore provisoires publiées par l’Observatoire Climat-Énergie (1) du Réseau Action Climat (RAC), la France a émis 364 millions de tonnes équivalentes CO2 (MtCO2e), c’est 8 % de moins que le plafond autorisé de 397 MtCO2e. De quoi se réjouir ? Oui, mais il faut relativiser car cela est dû à la pandémie de Covid-19 et à la paralysie économique.

La France en retard sur les renouvelables

« C’est une année 2020 en trompe-l’œil », dénonce le RAC. « La crise du Covid, avec un arrêt brusque de nombreuses activités durant plusieurs mois, a permis une baisse malheureusement très temporaire des émissions de gaz à effet de serre. Il y a de plus un fort risque de rebond, car pour réduire durablement, il est nécessaire d’effectuer des changements structurels profonds et durables, ce qui n’est pour l’instant pas le cas », s’inquiète le Réseau.

Il pointe en outre un retard dans le déploiement des énergies renouvelables avec un écart de 17 % par rapport à l’objectif fixé par la France. Le pays est l’un des plus mauvais élèves au niveau européen dans ce domaine. « Mais une accélération récente est à noter avec une poursuite du développement de l’éolien, en phase avec les objectifs fixés, et une croissance plus forte du solaire et du biogaz », précise toutefois le RAC.

Pour favoriser l’essor des parcs éoliens, qui font l’objet d’une vive contestation, le gouvernement vient d’annoncer une série de mesures : création d’un « médiateur de l’éolien », d’un fonds pour le patrimoine, bridage sonore, soutien aux projets citoyens… « Les énergies renouvelables, dont l’éolien, sont vitales pour garantir la sécurité énergétique de la France et lutter contre le dérèglement climatique. Mais mon devoir est de trouver les moyens d’un développement maîtrisé et responsable », a dit lors d’une conférence de presse la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili.

L’article de Novethic est ici.

Cet article a été publié dans CO² - Ozone. Ajoutez ce permalien à vos favoris.