Le Parlement européen veut revoir la responsabilité environnementale des entreprises

Un article de Euronews, le 20/05/2021.

Mieux définir les crimes contre l’environnement et engager les entreprises à davantage de responsabilité climatique. C’est le sens de l’initiative adoptée jeudi par le Parlement européen. Les eurodéputés souhaitent pouvoir poursuivre les responsables de délits environnementaux qui représentent la 4e activité criminelle la plus profitable au monde.

water pollution in river.

« Écocide », du grec « oîkos », maison et du latin « cide », tuer, signifie littéralement « détruire notre maison » @Toa55/Istock

« On pourrait poursuivre les personnes responsables ou les entreprises devant une cour pénale pour qu’ils soient punis comme aux États-Unis », suggère le rapporteur du texte dans l’hémicycle Antonius Manders (PPE).

Pour les Verts il est nécessaire de reconnaître les crimes d’écocide, autrement dit les atteintes les plus graves contre la planète comme les marées noires ou les catastrophes nucléaires. Cette reconnaissance permettrait de changer la donne politique et juridique explique Marie Toussaint.

L’eurodéputée écologiste précise que le but n’est pas de punir les sociétés et leurs responsables. Mais « quand on parle de gouvernance des entreprises on voit bien que l’intérêt économique de court terme dirige toujours l’action des dirigeants d’entreprise qui sont sous pression par exemple de leurs actionnaires. Et bien, si on met en place des règles pénales les actionnaires n’auront plus de moyen de faire pression sur les dirigeants de Total, d’Esso, de Shell pour qu’ils continuent à exploiter des énergies fossiles de sorte à mettre en danger le vivant », insiste l’élue française.

Cette initiative ne fait que refléter la position du Parlement européen. C’est désormais aux députés de faire vivre ce texte pour convaincre la Commission européenne et les États membres.

L’article et la vidéo d’Euronews sont ici.

Cet article a été publié dans Justice - Législation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.