Sous l’effet du changement climatique, l’axe de rotation de la Terre est en train de se modifier

Un article de Novethic, par Pauline Fricot, le 06/05/2021.

L’humanité transforme sa planète en profondeur. Elle modifie son climat, son atmosphère, sa biodiversité, la composition de son écorce… Les humains seraient même entrain de modifier l’axe de rotation de la Terre, selon une étude de l’Académie des sciences chinoises. Avec la fonte des glaces et la nouvelle répartition des masses d’eau, chaque pôle géographique se serait déplacé de quatre mètres en trente ans, bien plus vite que les variations naturelles.

L’accélération de la fonte des glaciers dans les années 90 a entraîné une une dérive soudaine et rapide des pôles à une vitesse de 3,28 millimètres par an. @Alexas_Fotos/ Pixabay

L’humain peut-il changer l’axe de rotation de la Terre ? La réponse est oui, selon une étude scientifique publiée fin mars. Le réchauffement climatique, d’origine anthropique, modifie la répartition des masses d’eau à la surface de la planète avec la fonte des glaces. D’après l’étude, publiée dans la revue scientifique Geophysical Research Letters, ce phénomène déplace les pôles Nord et Sud, et avec eux l’axe autour duquel la Terre tourne. Selon les chercheurs l’Académie des sciences chinoise à l’origine des recherches, chaque pôle aurait bougé d’environ quatre mètres depuis trente ans.

Tout comme les pôles magnétiques, les pôles géographiques sont mobiles. Depuis 2002, les scientifiques de la NASA et du centre aérospatial allemand ont lancé la mission Gravity Recovery and Climate Experiment (GRACE) pour en connaître les raisons. Les changements dans la répartition des eaux sur terre (glaciers et eaux souterraines, pompées notamment pour l’agriculture) comptent parmi les pistes privilégiées. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs soulignent que le réchauffement climatique a suffisamment redistribué les eaux pour accélérer le déplacement des pôles vers l’Est depuis le milieu des années 1990.

Une dérive 17 fois plus rapide

Pour parvenir à ce résultat, les scientifiques ont fait le lien entre la perte des eaux stockées sur les terres et la dérive polaire. Alors que la fonte des glaciers, de l’Alaska à l’Antarctique, en passant par le Groenland, et le Caucase, s’est accélérée, la vitesse moyenne de la dérive des pôles a été environ 17 fois supérieure entre 1995 et 2020 que pendant la période 1981-1995. « La fonte plus rapide de la glace sous l’effet du réchauffement climatique a été la cause la plus probable du changement de direction de la dérive polaire dans les années 1990 », estime Shanshan Deng qui a participé aux recherches. Sans en être le seul facteur, soulignent les chercheurs. De précédentes études ont montré aussi l’implication de mouvements au sein du noyau de fer en fusion de la Terre.

Pour Vincent Humphrey, climatologue à l’Université de Zurich extérieur à l’étude, si ces résultats sont la preuve de l’impact que peut avoir l’activité humaine, la modification de l’axe de rotation de la Terre n’est cependant pas assez importante pour affecter la vie quotidienne, même si le phénomène pourrait modifier la durée de la journée de quelques millisecondes.

L’article de Novethic est ici.

Cet article a été publié dans Dérèglement climatique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.