Un projet de parc solaire compte détruire mille hectares de forêt en Gironde

  Un article de Reporterre, le 24/12/2020.

Un gigantesque projet de parc solaire de 1.000 hectares pourrait bientôt voir le jour dans la commune de Saucats, en Gironde. Les entreprises Engie et Neoen envisagent de développer dans la forêt une plateforme de panneaux photovoltaïques, ainsi qu’une unité de production « d’hydrogène vert », un stockage de batterie et une production agricole. Coût estimé du projet, baptisé Horizéo : un milliard d’euros.

Les ménages sont les principaux porteurs de projets de transition énergétique, notamment du fait des travaux liés à leur logement.

Le porte-parole du projet, Mathieu Le Grelle, a estimé au micro de France Bleu Gironde qu’avec cette taille, le parc solaire pourrait alimenter « l’équivalent de la consommation d’électricité de 600.000 habitants ». L’énergie devrait toutefois être revendue directement à des industriels et des entreprises.

Un défrichement prévu de 1.000 hectares de pins

Daniel Delestre, président de la Sepanso (une fédération régionale d’associations de protection de la nature et de l’environnement), a cependant estimé auprès de France Bleu Gironde que ce parc Horizéo était le « projet de la démesure ». Pour le réaliser, il faudrait défricher 1.000 hectares de pins. « Tout montre que la forêt est un élément essentiel dans la protection de la biodiversité et du climat », a poursuivi Daniel Delestre.

Des mesures compensatoires sont prévues par les porteurs du projet, qui ne convainquent pas la Sepanso : « Ce n’est pas supprimer le béton des parkings, enlever le bitume des routes pour renaturaliser les espaces. On va choisir des endroits où il y a déjà de la forêt, et replanter des petits pins », a dénoncé son président.

La plus grande centrale photovoltaïque française actuelle occupe 250 hectares

À l’heure actuelle, le plus grand centre photovoltaïque de France et d’Europe se situe à Cestas, en périphérie de Bordeaux et à une quinzaine de kilomètres de Saucats. Il occupe une superficie de quelque 250 hectares – bien loin des 1.000 prévus pour Horizéo.

De plus en plus de projets de parcs photovoltaïques rencontrent des oppositions. À Montcuq-en-Quercy-Blanc (Lot), des habitants luttent contre un projet de centrale sur 66 hectares de terres agricoles. À Nevers (Nièvre), le président de la chambre d’agriculture prévoit d’installer au sol des panneaux photovoltaïques sur 4.000 hectares de terres agricoles (soit quatre fois plus que le projet girondin), pour financer des retenues d’eau.

À l’inverse, certaines initiatives de taille modeste rencontrent le succès, comme à Brengues, dans le Lot, où l’électricité solaire est produite par une coopérative citoyenne.

L’article de Reporterre est ici.

A propos Jazz Man

Clarinettiste amateur, j'aime le jazz.
Cet article a été publié dans Environnement, Transition énergétique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.