De 1960 à aujourd’hui, des vœux présidentiels à haut risque

Novethic  Un article de Novethic, par Marina Fabre, le 26/12/2020.

Les vœux présidentiels de fin d’année sont un exercice incontournable pour tout chef d’État. Cette tradition, lancée en 1960 par le général Charles de Gaulle est suivie par des millions de Français. En cette année plombée par le Covid-19, l’enjeu est important pour Emmanuel Macron. Le Président devra redonner espoir aux citoyens, harassés par cette pandémie interminable.

1141

Les vœux présidentiels sont nés avec Charles de Gaulle, sous la Vème République. Capture d’écran INA

C’est un rituel auquel le Président Emmanuel Macron va se plier le 31 au soir, les vœux présidentiels étant un incontournable des fêtes de fin d’année. Inaugurés en 1960 par le Général Charles de Gaulle, ils ont été retransmis à la télévision depuis son bureau de l’Élysée. En pleine Guerre froide, son discours est un appel à « défendre le monde libre » mais c’est surtout un « oui franc et massif » au référendum de l’autodétermination de l’Algérie. Si Charles de Gaulle a choisi d’orienter son discours sur l’international, c’est qu’il répond aux sujets qui animent les Français en 1960.

Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy… tous les Présidents se sont depuis pliés à cet exercice. L’objectif est de faire un bilan de l’année et d’apporter une vision sur celle qui arrive. Pour Emmanuel Macron, l’enjeu est de taille. Le chef de l’État, qui a lieu même été testé positif au Covid-19 et placé en isolement pendant sept jours, devra redonner espoir à des millions de Français fatigués par la pandémie et ses conséquences.

Un discours pour redonner espoir

Dans un communiqué, le Président de la République a déjà souhaité aux Français de « joyeuses fêtes » et « tient à quelques heures de Noël, à rappeler l’importance des gestes barrières » et de la « limitation du nombre de contacts quotidiens face à cette épidémie ». Alors que le risque de troisième vague est de plus en plus important, les fêtes pourraient en effet accélérer la hausse des contaminations en France. Si les vœux présidentiels ne sont habituellement pas le moment de grandes annonces, Emmanuel Macron, devra, comme l’année dernière, faire passer un message d’apaisement.

Le président a en effet l’habitude des crises. En 2019, en pleine colère des Gilets jaunes, il avait tenu un discours appelant à l’optimisme. « L’apaisement doit primer sur l’affrontement », avait-il alors déclaré. Cette année, alors que les inégalités ont explosé, la pauvreté augmenté, les restaurants, musées et cinémas baissé le rideau… il en faudra davantage pour calmer les tensions.

L’article et les vidéos de Novethic sont ici.

Cet article a été publié dans Divers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.