L’Arctique a basculé dans une nouvelle ère climatique

Novethic  Un article de Novethic, par Marina Fabre, le 10/10/2020.

En quelques décennies, l’Arctique a complètement été bouleversée par le changement climatique. Hausse des températures, fonte des glaces, saison des pluies plus intenses… Les évènements ont été si rapides, constants et intenses que des scientifiques américains du Centre national pour la recherche atmosphérique (NCAR), estiment, dans une nouvelle étude, que la normalité dans la région n’a plus de sens.

1115

La région a basculé dans un « nouveau climat arctique » pour lequel les anciennes données n’ont plus de sens. CC0

Des températures plus hautes, de la pluie au lieu de la neige, une accélération de la fonte des glaces… L’Arctique est une des régions les plus perturbées par le changement climatique. À tel point que dans une nouvelle étude publiée dans la revue Nature climate change, deux scientifiques estiment que la région a basculé dans un « nouveau climat arctique ».

« C’est une période de changement si rapide que les observations des conditions météorologiques passées ne montrent plus ce à quoi vous pouvez vous attendre l’année prochaine. L’Arctique entre déjà dans un climat complètement différent de celui d’il y a quelques décennies », a déclaré Laura Landrum, scientifique du National Center for Atmospheric Research (NCAR), autrice principale de l’étude. Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont passé au crible des grandes quantités de données d’observation des conditions climatiques de l’Arctique sur les dernières décennies.

Une nouvelle définition du climat arctique

« Les changements du climat arctique sont si profonds que l’étendue moyenne de la glace en septembre, lorsqu’elle atteint son minimum annuel, a chuté de 31 % depuis la première décennie de l’ère des satellites », soulignent les chercheurs. Ces derniers ont aussi observé une hausse des températures en hiver et une saison des pluies plus intense et longue. Ces changements ont ainsi entraîné une fonte des glaces rapide et constante apparue entre la fin du 20e siècle et le début du 21e. À ce rythme, d’ici 2100, plus aucune glace ne recouvrira l’Arctique entre trois et dix mois par an.

« L’Arctique est susceptible de connaître des extrêmes de glace de mer, de température et de précipitations qui sont bien en dehors de tout ce que nous avons connu auparavant », a déclaré Laura Landrum. « Nous devons changer notre définition de ce qu’est le climat arctique », a-t-elle prévenu.

L’article de Novethic est ici.

Cet article a été publié dans Dérèglement climatique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.