Sans bateaux ni touristes, les eaux de Venise retrouvent leur clarté

Novethic  Un article de Novethic, par Marina Fabre, le 31/03/2020.

Alors que l’Italie est confinée depuis le 8 mars dernier, l’absence de touristes et de bateaux de croisière à Venise se fait sentir. Les eaux de la Cité des Doges ont retrouvé leur transparence et les habitants ont remarqué des bancs de poissons dans certaines zones. Il y aura un avant et un après Coronavirus, note le journal local La Nuova di Venezia e Mestre, pour qui la question d’une Venise plus propre se posera inévitablement après la crise sanitaire.

1024

La question du tourisme de masse à Venise est habituellement épineuse. Massimo Bertolini / NurPhoto

C’est une bonne nouvelle alors que la pandémie de Coronavirus sévit partout dans le monde. À Venise, où les habitants sont en confinement depuis le 8 mars, les Italiens ont remarqué que les eaux de la Cité des Doges retrouvaient peu à peu leur clarté.

« Les canaux de Venise sont extraordinairement et incroyablement propres, immobiles et clairs, car peu de bateaux-bus et de véhicules de service passent », note le journal local La Nuova di Venezia e Mestre. « Pour tous les autres moyens de transport, le service est suspendu. Le résultat est que les canaux sont clairs et propres, avec des eaux calmes en raison du manque de mouvement des vagues », souligne-t-il.

Un avant et un après Coronavirus

Les bateaux de croisière, habituellement si nombreux, ainsi que les touristes, ne sont plus autorisés à circuler dans la cité. Des habitants ont ainsi filmé des eaux limpides, où, dans certaines zones, des bancs de poissons reviennent. Le plastique a lui aussi disparu des eaux.

« Tout le monde remarque maintenant la différence par rapport à avant et il ne fait aucun doute qu’une fois l’urgence du Coronavirus surmontée, le problème d’une Venise moins obstruée, plus propre plus protégée dans son intégrité se posera inévitablement (…) », souligne très justement La Nuova di Venezia e Mestre. Le tourisme de masse et les navires de croisières sont un véritable problème à Venise. Un seul croisiériste pollue dix fois plus que les 260 millions de voitures de tourisme que compte le Vieux-Continent estimait en juillet l’ONG Transport & Environnement.

Certains Vénitiens ont formé un collectif pour lutter contre la présence de ces mastodontes dans la cité des Doges. Les militants de « No Grandi Navi » demandent depuis des années que les navires de croisière soient interdits dans la ville. Mais ils représentent une manne financière pour la ville, il est donc difficile de les déloger.

L’article de Novethic est ici.

A propos Jazz Man

Clarinettiste amateur, j'aime le jazz.
Cet article a été publié dans Biodiversité - Écologie, Pollution. Ajoutez ce permalien à vos favoris.