Le gouvernement abandonne Europacity, ce méga-complexe commercial, symbole de l’artificialisation des sols

Novethic  Un article de Novethic, par Concepcion Alvarez, le 07/11/2019.

L’Élysée abandonne officiellement le projet de méga-complexe Europacity, qui devait voir le jour aux portes de Paris en 2027. Le projet, dans les cartons depuis dix ans, était dénoncé par les écologistes pour son impact sur l’artificialisation des sols, mais soutenu par certains élus locaux pour son aspect économique. Désormais, les opposants vont de battre contre l’urbanisation de cette zone agricole, qui, elle, se poursuit bel et bien.

0931

Le projet Europacity devait voir le jour en 2027. @Europacity – Alliages&Territoires

Le chef de l’État, qui préside ce jeudi 7 novembre son troisième Conseil de défense écologique, a annoncé avoir abandonné le projet Europacity. Ce mégacentre commercial, prévu à Gonesse, dans le nord de Paris, est devenu un symbole de l’artificialisation des sols difficile à assumer politiquement. Après une concertation menée ces dernières semaines auprès des différentes parties prenantes, le gouvernement a estimé qu’il était « daté et dépassé » et a dit vouloir réfléchir « à un projet alternatif plus vaste que le triangle de Gonesse ».

« C’est un projet d’une autre époque, fondé sur une consommation de masse d’objets et de loisirs, explique l’Élysée au journal Le Monde. Ce n’est vraiment pas vers ce modèle que s’oriente le gouvernement : nous souhaitons éviter autant que possible ce genre d’équipements, qui concentrent l’activité à l’écart des villes, dévitalisent les centres historiques et créent d’importants besoins de transports. »

« Vision uniquement symbolique de l’écologie »

La décision a été saluée par de nombreuses personnalités sur Twitter. L’avocat Arnaud Gossement juge ainsi qu’elle est « courageuse », car elle marque « un tournant pour les projets de méga centres commerciaux et pour la protection des zones agricoles ». Le député ex-LREM Matthieu Orphelin salue lui aussi « l’abandon d’un projet démesuré d’un autre temps ». « La lutte contre l’artificialisation des sols demande des mesures fortes et concrètes. Bravo aux associations qui ont permis cela ! » 

À l’inverse, certains élus locaux qui comptaient sur les 10 000 emplois promis pour revitaliser un territoire parmi les pauvres de France, théâtre des émeutes de 2007, se disent déçus. « C’est pour les élus et les habitants du territoire une décision incompréhensible et inacceptable. Le gouvernement sacrifie notre territoire au nom d’une vision uniquement symbolique de l’écologie. Nous ne pouvons répondre à l’urgence écologique sur le dos des populations défavorisées et des classes moyennes ! », a critiqué dans un communiqué Jean-Pierre Blazy, le maire PS de Gonesse.

L’urbanisation de la zone se poursuit

Le projet, porté par Ceetrus, foncière du groupe Auchan, et le conglomérat chinois Wanda, avait été verdi dans l’espoir de calmer la polémique. La piste de ski artificielle avait par exemple été définitivement abandonnée. Dans un entretien aux Échos, le 24 octobre, le président de Ceetrus, Vianney Mulliez, estimait que si le gouvernement devait renoncer, « cela poserait une nouvelle fois la question de la parole de l’État, notamment vis-à-vis des grands investisseurs internationaux ». Le projet, dans les cartons depuis dix ans, a déjà nécessité des dizaines de millions d’euros d’investissement.

Pour les opposants à Europacity, la bataille continue. Ils demandent l’abandon de la construction de la gare de la ligne 17 à Gonesse, car celle-ci ouvrirait la voie à l’urbanisation de la zone. Le collectif défend au contraire un projet alternatif tourné vers l’agriculture durable, l’alimentation, l’écoconstruction. Le chantier doit s’ouvrir cet automne mais le rapporteur public du tribunal administratif de Montreuil a demandé, mercredi 6 novembre, la suspension pour dix mois de l’autorisation environnementale de la ligne 17.

Le gouvernement a par ailleurs confié une mission sur le développement économique de ce territoire à Francis Rol-Tanguy, un haut fonctionnaire. « Il va travailler en concertation avec les élus pour définir des alternatives qui correspondent plus aux orientations du gouvernement, vers un projet plus mixte, mêlant bureaux, industries, voire agroalimentaire », indique l’Élysée.

L’article de Novethic est ici.

A propos Jazz Man

Clarinettiste amateur, j'aime le jazz.
Cet article a été publié dans Grands Projets Inutiles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.