La mer Méditerranée de plus en plus polluée selon l’Ifremer

548  Un article de Novethic, par Concepcion Alvarez, le 17/08/2019.

La mer Méditerranée est la plus polluée d’Europe avec quelque 200 déchets par km2 contre 50 dans la mer du Nord, selon une nouvelle étude de l’Ifremer. Une pollution qui ne cesse de s’accroître et qui touche particulièrement la côte marseillaise et le nord de la Corse. 60 % des déchets sont en plastique.

0882

Depuis 2012, on compte 200 déchets par km2, dont plus de 60 % sont des débris plastiques. @Pixabay

Sacs et bouteilles plastiques, canettes, emballages alimentaires, cordes synthétiques, filets de pêche, vêtements, la mer Méditerranée, qui est la plus grande d’Europe avec 2,5 millions de km2 contre quelques centaines de milliers de km2 pour les autres, apparaît aussi comme la plus polluée du continent, estime l’Ifremer. L’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) a mené, entre 1994 et 2017, une vaste étude de suivi des déchets marins méditerranéens et vient d’en publier les premiers résultats.

« Dans les années 90, leur densité fluctuait autour de 100 déchets par km² », note Olivia Gérigny, océanographe au centre Ifremer de Toulon et auteure principale de l’étude publiée sur le site du Marine Pollution Bulletin. « Depuis 2012, cette densité se situe plutôt autour de 200 déchets par km², avec un maximum de près de 300 atteint en 2015. Le plastique représente plus de 60% de ces déchets », affirme la chercheuse, pour qui cette hausse s’explique par une augmentation de la production de plastique sur la période, mais aussi un recensement plus systématique.

Marseille et la Corse particulièrement touchés

Ces macro-déchets ont été recensés sur près de 90 % de la surface échantillonnée dans les deux zones d’étude : le golfe du Lion et la côte orientale corse. Des déchets ont été retrouvés dans les 30 canyons sous-marins étudiés, selon l’Ifremer, qui note deux autres zones principales d’accumulation : au large de Marseille et au nord-est de la Corse.

Il y a quelques semaines, le WWF alertait sur la mauvaise gestion des déchets par les pays du pourtour méditerranéen, Égypte en tête. Le tiers environ des 24 millions de tonnes qu’ils génèrent n’est pas ou mal géré et se retrouve dans la grande mer quasi fermée. Ainsi, l’ONG estime que jusqu’à 600 000 tonnes de plastiques viennent polluer ces eaux chaque année. La concentration de débris plastiques est particulièrement élevée près de Marseille, de Nice et de la Corse, ce qui s’explique en partie par « le tourisme et les activités de loisirs ».

Pendant une semaine, un drone va photographier les déchets flottants sur une distance de 200 km autour de Bastia et du canal de Corse, où le trafic maritime est important, dans le cadre de deux projets européens. Il devrait prendre quelque 100 000 images pour caractériser cette pollution, une « aubaine », juge l’Ifremer.

L’article de Novethic est ici.

 

 

Cet article a été publié dans Biodiversité - Écologie, Pollution. Ajoutez ce permalien à vos favoris.