Températures records en France : les canicules vont être plus intenses et fréquentes avec le réchauffement climatique

Novethic  Un article de Novethic, par Marina Fabre, le 29/06/2019.

C’est une première en France depuis le début des mesures. La barre des 45 °C a été franchie dans l’ouest du Gard vendredi 28 juin. Et avec la crise climatique, la France devrait connaître des vagues de chaleur encore plus intenses, longues et fréquentes que celle que nous connaissons aujourd’hui. Leur nombre devrait doubler d’ici 2050 si les politiques climatiques ne sont pas suffisantes pour endiguer le réchauffement.

0847

Le nombre de vague de chaleur devrait doubler d’ici 2050. ©CC0

C’est une véritable fournaise qui s’abat sur la France. 37°C à Paris, 39 à Avignon, 41 à Lyon… Le mercure s’emballe atteignant des températures jamais atteintes depuis la prise des mesures. Vendredi 28 juin, la barre des 45°C a ainsi été franchie à Villevieille, dans l’ouest du Gard. Une première en France. Et il va falloir s’y habituer. Car les vagues de chaleur en France vont se multiplier. C’est d’ailleurs déjà le cas.

« Le recensement des vagues de chaleur depuis 1947 montre une nette augmentation de la fréquence et de l’intensité des vagues de chaleur : elles ont été deux fois plus nombreuses au cours des 34 dernières années que sur la période antérieure », note Météo France.

Selon les estimations de l’organisme, la fréquence de ces événements climatiques devrait doubler d’ici 2050 avec des épisodes beaucoup plus sévères et longs qu’aujourd’hui. Sans réel politique climatique, elles pourraient ainsi survenir de mai à octobre alors qu’elles s’abattent habituellement sur l’Hexagone de mi-juillet à août.

Conséquence directe du réchauffement climatique 

387

« L’augmentation de nombre de canicules est clairement corrélée au réchauffement climatique », indique le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). « Mondialement, les records de chaleur mensuels tombent cinq fois plus souvent qu’ils ne le feraient dans un climat stable », ajoute à l’AFP Stefan Rahmstorf, chercheur au Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK). « Cette hausse des extrêmes de chaleur se déroule comme l’avait prévu la science, conséquence directe d’un réchauffement induit par les gaz à effet de serre liés à la combustion du charbon, du pétrole et du gaz ».

La planète a déjà gagné 1°C depuis l’ère préindustrielle en raison du changement climatique. Et cela devrait continuer en ce sens. 2018 a été classée par Météo France comme année la plus chaude en France depuis le début des mesures en 1900, alors que de 2015, 2016 et 2017 étaient déjà les années les plus chaudes jamais enregistrées. « Si nous n’agissons pas maintenant, nous allons vers un monde en permanence en gestion de crises », a prévenu la climatologue Valérie Masson-Dalmotte.

L’article de Novethic est ici.

Cet article a été publié dans Dérèglement climatique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.