Déjà 900 membres pour le collectif Bocage Sambre-Avesnois

487

Un article de La Voix du Nord, par Lionel Maréchal, le 23/06/2019.

ANOR – « Il y a une prise de conscience de la population. C’est une lame de fond. »

0841

A Anor, c’est devant une salle bien remplie que Fabrice Preux, membre du collectif Bocage Sambre-Avesnois en danger, s’est exprimé, hier après midi. De nombreux habitants étaient venus l’écouter, pour la plupart inquiets sur la prolifération des pesticides dans les champs et leur répercussion, à terme, sur la santé.

« C’est vrai, les gens ont peur, souligne Fabrice Preux. Le sous-préfet nous a dit qu’il a fait contrôler les agriculteurs locaux et qu’ils sont dans les clous mais on n’a toujours pas de réponse s’agissant des Belges ou des Hollandais qui viennent retourner les terres en France pour cultiver des patates. »

Respecter les arrêtés

Et si le collectif s’est réjoui des nombreux arrêtés pris dans les communes du Sud-Avesnois (Anor, Eppe-Sauvage, Ohain, Trélon et Wignehies) récemment, il va demander aux maires de las faire respecter : « Dès que ce n’est pas le cas, il faut faire comme à Baives, prévenir les gendarmes. On va aussi demander des analyses de terre et d’eau. »

En tout cas, le collectif, créé il y a quelques semaines seulement, a le vent en poupe : 900 membres l’ont déjà rejoint et 15 300 personnes ont signé la pétition. D’ailleurs, il va se transformer en association dans les jours à venir :

« Parce qu’il y a certes le problème des pesticides, mais pas que, même si tout est lié. Nous sommes mobilisés contre le retournement des prairies permanentes – on a vu les dégâts lors des derniers orages – et la destruction des haies. »

D’autres réunions d’information sont prévues dans les intercommunalités de l’arrondissement.

L’article de La Voix du Nord est visible ici (abonnés).

0820

 

Cet article a été publié dans Bocage de l'Avesnois, Pesticides - Fongicides. Ajoutez ce permalien à vos favoris.