Le taux de CO2 dans l’atmosphère atteint un record jamais vu depuis 3 millions d’années !

Futura Planète

Un article de Futura Planète, par Nathalie Mayer, le 14/05/2019.

Plus de 415 parties par million (ppm) de CO2 dans l’atmosphère de la Terre. C’est du jamais vu. Une première dans l’histoire de l’humanité. Un nouveau triste record dont nous avons à endosser la responsabilité.

0821

Avec une concentration de CO2 dans l’atmosphère actuellement à 412 ppm, certains experts estiment qu’un réchauffement de la planète de 3 à 4°C est probablement inéluctable. Et si nous ne faisons rien pour limiter nos émissions , la concentration de ce gaz dans l’atmosphère pourrait atteindre 2.000 ppm. Du jamais vu depuis le Trias ! © Fotolia

« Il y a eu l’accord de Paris sur le climat. Des tas de beaux discours et de manifestations engagées. Pourtant, nous ne voyons pas la courbe plier », remarque Wolfgang Lucht, chercheur à l’Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique (Allemagne). « Chaque fois que nous allumons un moteur, nous émettons du CO2. Et ce CO2 doit bien aller quelque part. Il ne disparaît pas miraculeusement. Il s’installe dans notre atmosphère. »

Et ce samedi, l’observatoire de Mauna Loa, à Hawaï (États-Unis), a une fois de plus enregistré une concentration record de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère de la Terre : 415,26 parties par million (ppm). Pour la toute première fois, la barre journalière des 415 ppm a donc été franchie.

Des arbres en Antarctique

« Pas seulement depuis que des enregistrements existent. Pas même seulement depuis l’invention de l’agriculture. Mais depuis que l’humanité existe. Nous n’avons jamais connu ça », souligne Éric Holthaus, chercheur à la Scripps Institution of Oceanography (États-Unis). En fait, la dernière fois que la Terre a connu cela, le niveau de la mer était plus élevé de plusieurs mètres et des arbres poussaient en Antarctique. C’était il y a plus de 3 millions d’années.

Alors plus que jamais, les chercheurs appellent à la raison. « Je suis suffisamment vieux pour me souvenir qu’à une époque, nous nous inquiétions de voir dépasser les 400 ppm. En 2017, nous avons atteint les 410 ppm pour la première fois. Aujourd’hui, nous en sommes à 415 ppm », remarque Gernot Wagner, chercheur à l’université de Harvard. « Et non seulement le taux de CO2 dans notre atmosphère augmente, mais il augmente à un rythme croissant. » De 2,5 ppm en moyenne ces dernières années, il devrait être de 3 ppm entre 2018 et 2019.

L’article de Futura Planète est ici.

Cet article a été publié dans CO² - Ozone. Ajoutez ce permalien à vos favoris.