Anor : la commune prend aussi un arrêté sur les pesticides et va faire analyser l’air

487

Un article de La Voix du Nord, par Lionel Maréchal, le 20/05/2019.

Après Ohain et Trélon, c’est la commune d’Anor qui prend un arrêté municipal visant à encadrer l’utilisation des pesticides sur son territoire. Elle va également procéder rapidement à des prélèvements d’air pour les faire analyser.

Mairie d'Anor

La mairie d’Anor.

Après les communes d’Ohain et de Trélon, c’est au tour de celle d’Anor de prendre un arrêté municipal visant à encadrer l’utilisation des pesticides sur le territoire communal. Le maire, Jean-Luc Pérat, a donc paraphé le même texte que ses homologues :

« La pulvérisation et le traitement des sols sont soumis à déclaration préalable de l’agriculteur auprès du maire, au moins 48 heures avant le traitement. Cette déclaration devra mentionner rigoureusement la parcelle, les produits utilisés, les cultures concernées et les périodes envisagées d’encensement, de traitement ou de pulvérisation ». Et de préciser : « Les parcelles concernées par la pulvérisation feront l’objet d’une signalétique » et « la pulvérisation et le traitement des sols sont interdits à moins de 100 mètres des écoles, des lieux de vie (résidences, restauration scolaire, gîte, lotissements) ».

Il faut dire que c’est dans cette commune que les parents d’élèves de l’école « Les P’tits Loups » se sont mobilisés, dernièrement. Après avoir découvert qu’un collectif (bocage Sambre-Avesnois en danger) eut dénoncé l’épandage de pesticides dans des prairies retournées pour la culture de pommes de terre… à moins de 100 mètres à vol d’oiseau de cette maternelle. Et ce n’est pas tout.

« Nous souhaitons la transparence dans cette affaire, souligne le premier magistrat. C’est pourquoi nous allons procéder rapidement à des prélèvements d’air pour les faire analyser. J’ai rencontré l’agriculteur concerné. Il m’a assuré que les produits phytosanitaires qu’il utilisait étaient légaux et achetés dans une coopérative agricole locale. On attend donc les résultats des prélèvements d’ici à quelques jours ».

0822

Le bocage est en danger.


Ohain suspend sa participation au Parc

Le « collectif bocage Sambre-Avesnois en danger » a envoyé une lettre au président du Parc naturel régional (PNR), Ghislain Cambier. Dans ce courrier, pour le collectif, l’un de ses fondateurs, Fabrice Preux, l’encourage à agir. Et de rappeler que l’intercommunalité Sud-Avesnois a pris des mesures de protection des haies et des arbres. « Les autres communautés de communes du Parc doivent en faire de même », souligne la missive.

Tout comme les communes d’Anor, Ohain et Trélon viennent de prendre des arrêtés encadrant l’utilisation des pesticides sur leur territoire : « Nous sollicitons tous les maires de prendre des arrêtés similaires pour encadrer l’utilisation des pesticides et les mesures réglementaires pour la protection des haies et des arbres ainsi que des prairies permanentes ».

Le maire d’Ohain, Alain Rattez, va même plus loin :

« Interrogé sur ces questions, le Parc, dont c’est pourtant la raison d’être, ne répond pas. Donc, notre commune va lui suspendre sa participation financière ».

L’article de La Voix du Nord est ici.

Pour la préservation de notre bocage, une pétition est en cours :

signons la ici.

Cet article a été publié dans Bocage de l'Avesnois, Pesticides - Fongicides. Ajoutez ce permalien à vos favoris.