Anor : Des pesticides près de l’école maternelle, des parents d’élèves veulent savoir

487

Un article de La Voix du Nord, par Lionel Maréchal, le 02/05/2019.

Ce jeudi matin, à l’école maternelle « Les P’tits Loups » d’Anor, des élèves sont arrivés vêtus de combinaisons blanches et de masques de protection. Leurs parents s’inquiètent de l’épandage de pesticides dans un champ à cent mètres à vol d’oiseau de l’établissement.

0810

L’arrivée de certains élèves n’est pas passée inaperçue, ce jeudi matin, à l’école maternelle.

Opération choc. L’arrivée de certains élèves n’est pas passée inaperçue, ce jeudi matin, à l’école maternelle « Les P’tits Loups » d’Anor. Puisqu’ils étaient vêtus de combinaisons blanches et de masques – façon protection contre les produits toxiques. Il faut dire que depuis que leurs parents ont appris, dans nos colonnes par le biais de Fabrice Preux (1), l’épandage de pesticides dans un champ voisin près de l’établissement scolaire qui reçoit 90 enfants de 2 à 5 ans, ils veulent savoir : « C’est à cent mètres à vol d’oiseau de l’école. Et visiblement, c’est régulier et ça ne dérange personne ». Mais comment vérifier que ces épandages de pesticides – pour traiter des pommes de terre – ont bien lieu ? « On a des témoignages de voisins », assure ce parent. Et un autre d’ajouter :

« Le mieux, c’est que les services de l’État vérifient et nous répondent. C’est important pour la santé de nos enfants et parce que, ici, c’est une des premières écoles qui a été construite en respectant les normes environnementales… avec récupérateur d’eau de pluie qui peut servir à un jardin pédagogique. Est-elle, tout comme l’air, polluée par des produits phytosanitaires ? Pour l’instant, on n’a aucune nouvelle mis à part la commune qui a adressé une lettre à la sous-préfecture ».

C’est donc pour pester contre cette inertie que le dispositif « combinaisons blanches » a été organisé. « On demande des réponses par des contrôles et des actions, s’emporte ce père de famille. Tout de suite. Pas dans 20 ans quand nos enfants seront malades ou que nos petits-enfants auront des malformations ».

L’article de La Voix du Nord est ici (abonnés).

(1) Fabrice Preux vient de créer un collectif « Bocage Sambre-Avesnois en danger » qui réunit 400 sympathisants. Il organise une réunion publique, sur le sujet, le samedi 18 mai, salle de Douzies à Maubeuge, à 10 heures.

Commentaire

Ce combat est important car personne n’est à l’abri des pesticides qui polluent notre air aussi surement et de la même manière que les rejets d’une usine expérimentale de pellets industriels. Ces deux luttes – pesticides et usine à pellets – sont liées, communes et indissociables. Notre association fait partie du collectif « Bocage Sambre-Avesnois en danger » et nous soutenons évidemment les parents d’élèves cités dans cet article, dont plusieurs ont déjà rejoint notre page Facebook :

https://www.facebook.com/groups/anor.environnement/

banderole-3

Cet article a été publié dans Agriculture chimique, Bocage de l'Avesnois, Pesticides - Fongicides. Ajoutez ce permalien à vos favoris.