Fourmies : Le conseil municipal refuse de nouveau les coupes de bois en forêt communale

487

Un article de La Voix du Nord, par Lionel Maréchal, le 20/04/2019.

Lors de sa dernière séance, le conseil municipal de Fourmies a de nouveau refusé le plan de coupes – pour les mêmes parcelles – présenté par l’Office national des forêts dans la partie communale du massif des Étangs des Moines. Suite à des interventions jugées excessives il y a deux ans.

0797

À plusieurs reprises, les techniciens de l’ONF ont rencontré des usagers de la forêt inquiets.

L’Office national des forêts (ONF) est revenu à la charge s’agissant des coupes de bois à asseoir, pour l’année 2019, dans la forêt communale de Fourmies. Concernant des parcelles du plan de régénération que le conseil municipal avait déjà décidé de supprimer de l’inscription pour 2018. « Je rappelle que la coupe, réalisée en mars 2017 sur le site des Étangs des Moines, avait suscité l’indignation et la mobilisation d’habitants contre ces interventions jugées excessives en forêt de Fourmies, a précisé le maire, Mickaël Hiraux. Ces manifestations avaient donné lieu à une motion ».

Il faut savoir pourtant que le conseil municipal a approuvé, en son époque, le plan de régénération 2015-2034, qui prévoit bien des coupes dans ce massif de plus de mille hectares, composé d’une partie domaniale (871 hectares) et d’une autre communale (168 hectares) – sur laquelle, bien sûr, la Ville a la main.

Pour s’expliquer sur ces coupes jugées massives, l’ONF avait indiqué qu’il s’agissait, comme cela se fait dans le cadre de la gestion de toutes les forêts, de régénérer 10 % du massif chaque année – et sans cette opération, c’est, à terme, sa disparition.

Mais le problème, c’est qu’à Fourmies, pour diverses raisons (climatiques, calendaires, techniques, etc.), les sociétés, à qui le bois avait été vendu, sont intervenues dans le délai imparti annuel mais pratiquement toutes en même temps. D’où l’effet visuel dévastateur. Il n’empêche que l’ONF assure, qu’à l’issue du plan, dans quinze ans, les comptes seront faits et que, pour un arbre abattu, il y en aura eu un de replanter. À suivre.

L’article de La Voix du Nord est ici.

A propos Jazz Man

Clarinettiste amateur, j'aime le jazz.
Cet article a été publié dans Bocage de l'Avesnois, Forêts - Déforestation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.