Loos-en-Gohelle, un maire dans la transition démocratique

286  Un documentaire de France Culture, par Martine Abat, le 14/02/2019.

A Loos-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais, à quelques kilomètres d’Hénin-Beaumont et en plein territoire frontiste, le maire Jean-François Caron expérimente depuis près de vingt ans des processus de codécision avec ses habitants.

Terrils de Loss-en-Gohelle.jpg

A Loos-en-Gohelle, on n’arrête pas de rêver ! On a lancé l’inscription du bassin minier à l’Unesco. Grâce à des choses qui sont parties de Loos-en-Gohelle, on peut dire que l’histoire des mineurs vaut l’histoire des rois ! J. F. Caron

Comment associer les habitants aux décisions municipales et encourager la participation citoyenne ? Loos-en-Gohelle, ville en transition du Pas-de-Calais imagine depuis 20 ans des outils participatifs.

Je ne suis pas pour la démocratie directe, parce que je pense qu’il y a une responsabilité à la décision. Et la décision, il faut la prendre. Et notamment sur un plan juridique, en tant que maire, si je me plante je vais en prison. J.F. Caron 

Lorsque le dernier puits de mine ferme à Loos-en-Gohelle (7000 habitants), dans le département du Pas de Calais, en 1986, les ravages sur la nature et les Hommes causés par l’exploitation du charbon laissent une ville exsangue. Le maire de l’époque Marcel Caron puis son fils Jean-François Caron qui lui succède, se saisissent de cette situation pour imaginer, dans ce paysage de terrils et de friches industrielles ravagé par le chômage et la pauvreté, un autre destin à la ville, qui valorise ce passé minier et se tourne à la fois vers la transition écologique. Un travail de résilience à l’échelle d’une ville. Avec comme manière de procéder la recherche perpétuelle de la participation des habitants. Toutes les décisions municipales sont débattues et décidées en concertation avec les habitants et l’équipe municipale pratique la co-décision. Si dans la ville de Loos-en-Gohelle, proche de Hénin-Beaumont, le vote FN est fort lors des scrutins nationaux (57%), il l’est beaucoup moins que dans les communes alentour où il peut monter jusqu’à 73%. Pour Jean-François Caron c’est le résultat de la citoyenneté active encouragée par l’équipe municipale et dont se sont saisis les habitants qui ont retrouvé du pouvoir d’agir.

Plus les gens sont impliqués en citoyenneté, moins ils votent FN.J.F. Caron 

Le documentaire est à écouter en podcast ici.

Cet article a été publié dans Environnement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.