Hestrud : Heureux comme Guy Wanderpepen d’avoir vu le projet de Notre-Dame-des-Landes s’envoler

487

Un article de La Voix du Nord, par Géraldine Beys, le 23/01/2019.

L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a eu aussi ses détracteurs dans l’Avesnois parmi lesquels Guy Wanderpepen, d’Hestrud, satisfait de voir le projet abandonné. Parole d’un résistant de quatre vingts ans et plus…

941

Guy Wanderpepen, habite à Hestrud, dans l’Avesnois. Photo LA VOIX

Militant  ? Guy Wanderpepen d’Hestrud le sera jusqu’à son dernier souffle. Sûr que la nouvelle de l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes par le gouvernement l’a comblé de joie. Lui l’anti-tout de ce qui porte atteinte à l’environnement ou fait du mal à la terre, celle que cette génération lèguera à d’autres. Alors Notre-Dame-des-Landes abandonné ça lui convient. De surcroît, il sait de quoi il parle pour être allé plusieurs fois là-bas. Et avoir manifesté à Nantes en soutien aux Zadistes. « On était parti en bus de Lille et on est revenu le soir même ». Là-bas, il a aussi dormi sur la ZAD sous une tente il y a dix ans. Et aussi plus récemment chez un responsable sur place dans le village de Notre-Dame-des-Landes. En raison de son âge.

« Sur la ZAD, depuis le début du combat, j’y suis allé avec un groupe de résistants. Ce projet était d’une absurdité incroyable. Comment concevoir installer un aéroport sur une zone humide  ? Et puis, les projets de gros aéroports, c’est dépassé. C’est le ferroviaire qu’il faut développer. Depuis des années, on a négligé le train à l’exception du TGV qu’on a développé. D’ailleurs moi-même je ne prends jamais l’avion ».

Le combat des OGM aussi

Il est satisfait de l’épilogue donné par le gouvernement sur ce projet d’aéroport. Lui, « le vieux de la vieille » comme il dit, qui s’est retrouvé un temps dans les prétoires pour le combat « mené avec José Bové sur les OGM ». On se souvient il y a plus de dix ans du Guy Wanderpepen, faucheur de plants OGM. Il n’a pas changé. A juste pris un peu d’âge mais ses idées sont intactes. Pas une ride. Et il le dit  : « Nos élus sont victimes des lobbyistes qui nous conduisent dans le mur au détriment de tout ». Lui appelle cela les « grands projets inutiles et dangereux ». Et le dit  : « Je suis tout autant mobilisé à Bure qu’à Notre-Dame-des-Landes ». Il se souvient avoir été de ceux qui ont occupé une forêt là-bas dans la Meuse. Et d’une police privée sur le site. Sûr qu’il est contre le stockage des déchets radioactifs, Guy Wanderpepen.

Il garde aussi un regard sur l’éolien. Est attentif à ce qui se passe côté belge, à Grandrieu. Et aussi dans le département voisin. « La pression commence à s’exercer dans l’Aisne. Pour l’instant, dans l’Avesnois, on est à peu près protégé ». Jusqu’à quand  ? Tandis qu’une partie du Cambrésis est déjà concerné par des projets. Si projet il y a un jour ici dans le bocage, une voix s’élèvera, celle de Guy Wanderpepen.

L’article de La Voix du Nord est ici.

Commentaire

Lorsque le premier projet d’usine à pellets industriels a été rendu public, en mai 2014, Guy Wanderpepen a fait du porte-à-porte dans notre hameau, autour du site, afin de nous faire prendre conscience des dangers que représentait ce projet écocide. Il a ensuite organisé une réunion qui a posé les bases du collectif Anor Nature, transformé depuis en « Association Anor Environnement », dont il est membre. On peut donc dire que Guy fait parti du canal historique de notre association, même si la journaliste de La Voix a oublié de le mentionner. Car si Guy déclare que « dans l’Avesnois, on est à peu près protégé », c’est uniquement à propos de l’éolien. Il y a trois ans, Guy n’a pas hésité à traverser la France par le train afin de représenter « Anor Environnement » lors d’un colloque sur le bois-énergie à Gardanne près de la fameuse centrale électrique qui veut migrer vers la biomasse. Alors merci à MONSIEUR GUY WANDERPEPEN qui sait parler fort lorsque c’est nécessaire.

A propos Jazz Man

Clarinettiste amateur, j'aime le jazz.
Cet article a été publié dans Environnement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.