Extrêmement vulnérable, le lithium pourrait mettre en péril l’essor des véhicules électriques

548  Un article de Novethic, par Ludovic Dupin, le 13/11/2018.

Le lithium est abondant sur Terre. Tant mieux car il est indispensable pour la fabrication des batteries des véhicules électriques. Néanmoins, la concentration des gisements géologiques et des outils de production dans quelques pays, dont les politiques économiques sont incertaines, fait peser un risque sur sa disponibilité et, conséquemment sur la transition énergétique.

665

Exploitation de lithium au Chili. @MatthieuCollin/Hermis

Pour atteindre les objectifs de limitation de réchauffement climatique à 2°C, le secteur du transport va devoir freiner de toute urgence ses émissions de CO2. Une division par quatre est nécessaire d’ici 2050 par rapport à 2005. Cela implique un déploiement massif du véhicule électrique qui doit représenter 75 % du marché à cet horizon.

Dans une étude de l’Ademe et de l’IFPEN, les experts craignent que cette ambition ne se heurte à la criticité du lithium. La criticité d’un matériau dépend de sa disponibilité géologique, de son impact environnemental et de la vulnérabilité des pays ou entreprises producteurs. « En ce sens, le lithium, métal stratégique pour la production de batteries, est assez représentatif des nouveaux enjeux liés à la transition énergétique« , assurent les auteurs.

À long terme, il y a peu de « risque d’approvisionnement d’un point de vue géologique« . Le lithium est abondant sur la planète. Dès que les mineurs en cherchent, ils en trouvent en quantité. Depuis 2005, le développement du véhicule électrique et l’essor des batteries portables ont permis de multiplier par quatre les ressources connues.

Cas unique de la Bolivie

En revanche, sa répartition est très inégale. La production de lithium est concentrée en Australie, au Chili, en Argentine et en Chine. « Ces quatre pays représentent environ 80 % de la production et le triangle du lithium, qui réunit l’Argentine, la Bolivie et le Chili, représente 55 % des réserves mondiales« . Or cette concentration en Amérique du Sud pose question.

« La Bolivie est un cas unique dans l’économie des matières premières : elle possède la plus grande ressource mondiale de lithium située dans le salar d’Uyuni mais ne produit actuellement pas de lithium. La stratégie du président actuel Evo Morales est de privilégier l’industrie locale (…) Toutefois, le gouvernement s’interroge sur les conséquences du développement de la production de lithium d’un point de vue environnemental », peut-on lire.

En Argentine, l’arrivée au pouvoir du président Mauricio Macri en 2015 a permis le développement de l’industrie en favorisant les investissements étrangers directs. Mais une alternance politique pourrait remettre en cause cette stratégie. Le Chili a opté pour une politique public-privé. Le manque de coordination entre ces trois acteurs limiterait la croissance de la production mondiale.

Espoir dans le recyclage

À cela s’ajoute une incertitude du côté de la Chine, acteur majeur des batteries lithium ion. Pékin fournit 50 % des cathodes dans le monde. « Dans ce contexte, les évolutions de la politique commerciale de la Chine (quotas, embargo) doivent être analysées« , préviennent les auteurs. En 2010, Pékin avait déjà menacé l’industrie mondiale avec un embargo sur les terres rares. Ce risque pays est renforcé par le faible nombre d’industriels sur ce marché. Trois géants américains, FMC, SQM et Albemarle, contrôlent 50 % de la production et 40 autres pourcents sont dans les mains d’acteurs chinois. Ce faible nombre et leur manque de diversité favorisent la volatilité des prix, surtout en cas de mise en danger de certaines entreprises (faillites, consolidations…).

Face à ces incertitudes, le rapport met en avant la solution du recyclage. Tous les pays disposent de « gisements urbains« . 28 tonnes de batteries Li-ion suffisent à obtenir une tonne de lithium, contre 250 tonnes de minerai ou 750 tonnes de saumure ! Un bel avantage mais cette technologie est encore complexe.
Actuellement, le lithium recyclé représente moins de 1 % de l’offre. Les pays très dépendants des importations vont développer rapidement cette filière. À tel point qu’un recyclage à 90 % est imaginé pour 2100. Toutefois, le risque pays ne sera pas totalement levé puisque le leader sera encore une fois la Chine.

L’article de Novethic est ici.

Cet article a été publié dans Transition énergétique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Extrêmement vulnérable, le lithium pourrait mettre en péril l’essor des véhicules électriques

  1. Ping : Le gouvernement va verser 20 milliards d’euros de cadeau fiscal au patronat | Anor Environnement

Les commentaires sont fermés.