Anor : Dossier sensible de l’usine à pellets, le préfet signe un nouvel arrêté d’exploitation

 114 Un article de La Voix du Nord, par F.D, le 01/11/2018.

Nouveau rebondissement dans le projet très controversé de construction d’une usine de fabrication de pellets par Jeferco : le préfet a validé le dossier. Les réactions ne devraient pas se faire attendre…

845

Lancé en 2014, le projet d’usine à pellets est sujet à de nombreuses oppositions.

Le projet de construction d’une usine de fabrication de pellets par Jeferco, à Anor, fait l’objet depuis son lancement en 2014, de nombreuses oppositions. Riverains et associations de défense de l’environnement ont pointé les impacts négatifs. Le village d’Ohain et la commune frontalière Momignies ont récemment voté une motion contre.

Pour rappel, lors de son lancement, le projet de Jeferco avait d’abord reçu une autorisation préfectorale d’exploiter, laquelle avait été finalement recalée par le tribunal administratif de Lille en février 2017.

C’était sans compter sur la volonté du porteur de projet de développer son usine. Une nouvelle enquête publique a été ouverte en juin avec un projet modifié. Le commissaire-enquêteur avait rendu un avis défavorable, « sur les plans environnemental, économique, légal, de la sécurité des personnes et des biens, de l’acceptation citoyenne, de la transparence et du montage du dossier ».

Finalement, en dépit de l’avis défavorable du commissaire-enquêteur, le dossier vient d’être tranché par le préfet. L’arrêté d’exploitation a été signé en date du 25 octobre.

La pilule devrait difficilement passer dans le Sud-Avesnois… Les associations de défense de l’environnement pourraient faire un recours en justice, des communes pourraient quitter le Parc naturel régional de l’Avesnois. Quant aux opposants les plus déterminés, ils pourraient constituer une ZAD (Zone à défendre) dans le lieu retenu qui possède plusieurs appellations naturelles de protection…

Le projet prévoit de construire une des plus grandes usines à pellets d’Europe, pour 20 M€ sur 7 ha avec une surface plancher de 3 000 m² et une production de 120 000 T de granulés de bois par an, destinés aux industriels.

L’article de La Voix du Nord est ici

Commentaire

Nous avons 4 mois pour contester cette décision, c’est que nous allons faire en déposant un recours au Tribunal Administratif de Lille avant début mars 2019.

Le préfet a signé ; la belle affaire, puisque les articles publiés ces trois derniers jours sur ce blog nous apprennent que fabriquer du pellet avec du bois de classe ‘B’ ça ne fonctionne pas. Les américains ont abandonné cette idée de faire du pellet avec des déchets de bois. Mieux encore, aucun exploitant au Monde n’a réussi à passer au stade industriel ! 

Alors, bien sur, avec toutes les erreurs et incohérences de ce dossier, nous allons gagner ce combat. Mais, d’un point de vue technique, ce projet ne fonctionnera jamais. Pas plus que le second, prévu à Damblain dans les Vosges.

Et, du coup, de nouvelles questions se posent auxquelles notre maire pourrait répondre puisque c’est lui qui a apporté ce promoteur et son projet irréalisable et polluant à Anor :

  • Que cherche Jeferco avec son brevet théorique mais qui ne fonctionne pas ?
  • Pourquoi vouloir construire une usine pour ensuite la faire exploser ?
  • Qu’en pensent les banquiers, assureurs, subventionneurs et futurs clients ?
  • Que ce cache-t-il derrière tout cela ?

Ma grand-mère disait : « Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup »

(Martine Aubry sur RTL, le 13/10/2011)

A propos Jazz Man

Clarinettiste amateur, j'aime le jazz.
Cet article a été publié dans L'usine à pellets d'Anor. Ajoutez ce permalien à vos favoris.