La commune de Momignies (B) se déclare contre l’usine à pellets

114-1  Un article de La Voix du Nord, par G.F. le 24/09/2018.

La semaine dernière, les conseillers communaux frontaliers de Momignies en Belgique se sont mis d’accord pour envoyer une motion contre l’installation d’une usine à pellets à Anor, en France.

0084

Le projet de construction d’une usine de fabrication de pellets industriels à Anor (à quelques encablures de Momignies) est revenu sur la table du conseil communal. En 2014, un projet avait été déposé et avait soulevé les foules. Des comités de riverains, côté français, se sont créés et ont pointé les impacts négatifs que pouvait avoir cette entreprise au cœur d’un village et, surtout, hors frontière. Ce projet avait d’abord reçu une autorisation pour ensuite être finalement recalé. C’était sans compter sur la volonté de Jeferco (le porteur de projet) de développer son usine. En effet, une enquête publique a été ouverte au mois de juin. Celle-ci concernait le même projet avec quelques modifications.

« Elle a fait l’objet de nombreux avis défavorables des riverains concernés », a souligné le bourgmestre Albert Depret, rappelant que la Belgique n’avait pas voix au chapitre. Néanmoins, fin juin, la commune avait pris l’initiative d’envoyer un courrier à la mairie d’Anor pour faire part de ses inquiétudes par rapport à ce projet. Les habitants de Beauwelz (les plus proches) pointent entre autres une pollution de l’air (via les vents dominants), de l’eau et des sols. Ajoutons à cela le charroi important. « Le commissaire-enquêteur a également émis un avis défavorable », précise le bourgmestre.

120 000 tonnes par an

L’usine fabriquerait 120 000 tonnes de pellets par an à partir de bois dont certains souillés, peints, ayant donc une teneur toxique. L’usine serait construite sur un terrain de 6,9 hectares au hameau de Saint-Laurent, au cœur d’Anor, à proximité d’une zone Natura 2000. Conscient du problème, le Collège communal avait mandaté le Cercle des Naturalistes et des Astronomes amateurs de la Botte du Hainaut (CNABH) de lui transmettre le rapport de synthèse de ce « nouveau » projet. « En matière de pollution atmosphérique, le projet aurait un impact négatif sur le territoire de la commune de Momignies », a constaté le mayeur. C’est ainsi que les conseillers ont voté à l’unanimité le fait de s’opposer au projet.

« Et si toutefois le projet devait être concrétisé, de demander à être représenté au sein de la commission spécifique chargée de la surveillance du respect des obligations de l’exploitant que s’est engagée à constituer la commune d’Anor. »

L’article de La Voix du Nord est ici.

Commentaire

En mai 2016, le collège communal de Momignies avait reçu les représentants d’Anor Environnement lors d’un conseil communal. Le bourgmestre avait préféré croire le maire d’Anor, reçu la semaine suivante. Aujourd’hui, l’intervention des naturalistes du CNABH a ouvert les yeux de nos voisins belges. Nous les remercions.

Cet article a été publié dans L'usine à pellets d'Anor. Ajoutez ce permalien à vos favoris.