Déforestation : les internautes demandent au gouvernement de protéger les forêts

174  Un article de Greenpeace, le 25 juillet 2018.

Le 24 juillet, la consultation publique en cours sur la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI) a été clôturée. En trois semaines, près de 3000 contributions citoyennes ont été déposées sur la plateforme en ligne. La publication du texte définitif de la SNDI est prévue pour septembre. Une chose est sûre : en l’état, le texte manque cruellement d’ambition. Le gouvernement a le temps de revoir sa copie : il doit tenir compte de ces milliers de commentaires pour amender le texte actuel !

Haro sur les agrocarburants et l’impact de l’élevage

Sur le site de la consultation publique, beaucoup de commentaires insistent sur l’importance de sortir des agrocarburants de 1re génération et d’encourager la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

«Soi-disant rouler bio»

Ces commentaires montrent que beaucoup refusent à raison l’idée que certains carburants seraient « bio ». Sur le plan environnemental, il s’agit effectivement d’une fausse bonne idée : les agrocarburants peuvent émettre jusqu’à 80 % de plus de gaz à effet de serre que les équivalents fossiles. Pourquoi ? Parce que ces agrocarburants supposent entre autres d’augmenter la superficie des terres agricoles, ce qui se traduit par la destruction de zones forestières indispensables à la régulation climatique.

851

L’augmentation des cultures destinées à la production des agrocarburants fait grimper les prix des produits alimentaires et diminue les réserves alimentaires mondiales : en plus d’être toxiques pour l’environnement, les agrocarburants sont donc également une aberration pour la sécurité alimentaire.

«Oui au végétarisme, non aux agrocarburants»

Beaucoup de contributrices et de contributeurs mentionnent l’impact dévastateur de l’élevage sur les forêts et soulignent le besoin d’en finir avec notre modèle d’élevage intensif  dépendant des importations de soja.

C’est vrai : notre modèle d’élevage n’est pas soutenable et trop dépendant du soja importé. C’est bien pour cette raison que la SNDI doit se fixer des objectifs chiffrés de réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale. Par ailleurs, il faut que la SNDI promeuve une réelle diversité des protéines végétales (légumineuses notamment) pour l’alimentation des animaux ainsi que des politiques publiques favorisant l’élevage extensif.

Incompréhension face aux incohérences du gouvernement

Les contributions des internautes laissent penser qu’ils et elles ne sont pas dupes des incohérences et des ambiguïtés du gouvernement en matière de protection des forêts. À raison. Sur ce dossier, le gouvernement s’est effectivement illustré par son incohérence et son manque d’ambition. Nicolas Hulot a autorisé l’ouverture de la bio-raffinerie de La Mède, invoquant notamment le prétexte que l’huile de palme importée par Total serait durable. Un argument auquel il ne croit pas lui-même, comme le montre son intervention il y a quelques jours devant l’Assemblée nationale.

L’État français a voulu passer en force sur le projet scandaleux de raffinerie géante à La Mède, pour ménager les intérêts particuliers de Total, au détriment de l’Accord de Paris ou de l’engagement de la France à éliminer la déforestation importée, partie intégrante du Plan climat. Le 5 juillet 2018,  Greenpeace France, Les Amis de la Terre France, France Nature Environnement, FNE PACA, FNE Bouches-du-Rhône et la LPO PACA ont déposé un recours juridique contre l’autorisation préfectorale de cette raffinerie.

Au niveau européen, une décision de l’Union européenne datant de juin 2018 a ouvert la voie à une sortie anticipée des agrocarburants. Aujourd’hui, les États membres de l’UE ne sont plus obligés de consommer des agrocarburants nocifs pour l’environnement, tels que ceux que veux produire Total dans son usine de La Mède. Alors que le contexte européen le permet et après tant de déclarations en ce sens, il devient encore plus inacceptable de voir la France manquer d’ambition sur la sortie des agrocarburants de 1re génération !

La suite de l’article de Greenpeace est ici.

Cet article a été publié dans Forêts - Déforestation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.