Le cobalt et le lithium sont le pétrole du XXIe siècle… et il n’y a pas de quoi se réjouir

548  Un article de Novethic, par Ludovic Dupin, le 09/03/2018.

Le cobalt et le lithium sont à la base des technologies de batteries pour les véhicules électriques. Or, l’exploitation de ces ressources provoque des dégâts environnementaux et sociaux. Quant aux réserves, elles sont limitées et inégalement réparties… De quoi provoquer de vraies tensions géopolitiques, à l’instar de l’or noir.

665

Exploitation de lithium au Chili. @MatthieuCollin/Hermis

Le pétrole a nourri le XXe siècle. C’est une source d’énergie incroyablement puissante et pratique. L’or noir est abondant, il est facile à manipuler (des réservoirs en plastiques suffisent à le stocker), il est peu nocif, il est très dense en énergie (quelques dizaines de litres suffisent à propulser une voiture d’une tonne sur des centaines de kilomètres). Il est aussi à la source de toute la chimie actuelle (matériaux, médicaments, engrais, bitume…)

Ces incroyables qualités ont rendu l’humanité accro. D’ici la fin de l’année, la planète passera le seuil symbolique des 100 millions de barils de pétrole consommés chaque jour. Mais cette soif ne cesse de mettre en évidence la malédiction de l’or noir : les conflits armés liés sa faible répartition géographique, la pollution due à son exploitation de plus en plus complexe, les émissions de CO2 provoquée par sa combustion…

150 millions de véhicules électriques en 2040

Heureusement, la transition énergétique est là pour calmer la demande grâce aux énergies renouvelables mais surtout aux véhicules électriques et hybrides. En 2017, environ 2 millions de véhicules électriques roulaient dans le monde. En 2040, les prévisions extrêmement conservatrices de BP ou Exxon tablent sur 150 millions d’unités.

Mais cet essor pose la question de la fabrication des batteries. Deux métaux sont clés : le lithium et le cobalt, sans compter une multitude d’autres métaux et terres rares. Alors que la demande explose, le côté face de la transition énergétique apparaît.

D’une part, le cobalt et le lithium sont inégalement répartis sur la planète. Le premier se trouve principalement dans deux pays : la République démocratique du Congo et la Chine. La récente annonce du pays africain d’augmenter les taxes minières a autant affolé les marchés qu’une annonce de baisse de production de pétrole du cartel de l’OPEP. Le second métal se trouve principalement dans quatre pays : Chili, Chine, Argentine et Australie.

L’article de Novethic est ici.

Publicités

A propos Jazz Man

Point culminant du département du Nord, Anor (3 300 habitants) se situe à la limite de l’Aisne, de la Belgique et des Ardennes. Notre commune, bocagère et joliment vallonnée, est adhérente au Parc Naturel Régional de l’Avesnois. En juin 2014, un projet "d'unité de fabrication" de granulés de bois (120 000 T/an) et une centrale biomasse sans cogénération de 15 MW, nous intrigue lors de l’enquête publique. Le 18 décembre 2014, le préfet du Nord accorde à la société Jeferco l'autorisation d'exploiter cette usine expérimentale de pellets industriels qui serait destinée à alimenter des centrales électriques utilisant le bois-énergie au Danemark ou en Allemagne. Nous créons un collectif qui devient rapidement l'association Anor Environnement. Le 20 novembre 2015, nous déposons un recours au Tribunal Administratif de Lille. En janvier 2016, la société Jeferco, ne trouvant pas suffisamment de bois vert dans le département le moins boisé de France, obtient du préfet un arrêté complémentaire lui permettant d'utiliser des bois de classe B : bois peints, collés, vernis et pouvant contenir des métaux lourds, des fongicides, des insecticides, des pesticides, des COV ou des HAP. Le 28 février 2017, le Tribunal Administratif de Lille annule l'autorisation d'exploiter. Début mars 2017, le promoteur fait appel. Le 15 juin 2017, Il obtient un sursis mais ne met pas en œuvre son projet, sans doute consciente des lacunes du dossier. Début juillet 2017, ce promoteur dépose un nouveau projet - la loi ayant changé pour lui être plus favorable - soumis à enquête publique du 01 au 30 juin 2018. Le 06 août 2018, la commissaire enquêteur publie ses conclusions, son avis et un rapport de 400 pages : AVIS DÉFAVORABLE. En septembre 2018, nous découvrons que le promoteur a déposé en juin 2017 le même projet à Damblain, une commune du département des Vosges. Serait-ce un plan B ? Le 16 octobre 2018, le CoDERST donne un avis favorable au second projet Jeferco. Le 25 octobre 2018, le préfet accorde une autorisation d'exploiter. Et au même moment, nous apprenons que fabriquer du pellet avec du bois de classe 'B', ça ne peut pas fonctionner. Les américains ont abandonné cette technique et aucun exploitant au monde n'a réussi à passer au stade industriel. C'est donc bien une usine expérimentale ! Le 11 décembre 2018, le préfet des Vosges signe l'autorisation d'exploiter : le plan B devient un plan A. Le 28 février 2019, nous déposons une requête en annulation auprès du Tribunal Administratif de Lille pour le second projet. Le 18 mars 2019, à propos du premier projet, le Ministre de la Transition Écologique et Solidaire informe la Cour Administrative d'Appel de Douai de l'obtention, par la Sas Jeferco, d'une nouvelle autorisation préfectorale (qui annulerait la première) pour ce projet d'usine expérimentale de pellets industriels. Le 24 avril 2019, le promoteur dépose un mémoire en maintien d'appel, expliquant que, pour lui, il n'y a pas de second projet mais un acte de régularisation du premier projet ayant un "caractère modificatif ou substitutif". Le 30 mai 2019, nous déposons un mémoire en non-lieu à statuer. Le 06 juin 2019, la Cour Administrative d'Appel de Douai est réunie en audience publique. Le rapporteur public demande le non-lieu à statuer. Ce qui va annuler toute la procédure liée au premier projet. Verdict fin juin, probablement. Ce type d'usine expérimentale et polluante, fonctionnant 24/24, sept jours sur sept, va contribuer à industrialiser nos forêts. Elle n'a sa place ni ici, ni ailleurs !
Cet article a été publié dans Pollution, Transition énergétique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.