Rencontre Schraen/Macron : une immense victoire pour la chasse Française

Un article de chassepassion.net, le 15 février 2018.

On aurait presque du mal à y croire tellement c’est beau ! Ne boudons pas notre plaisir, même si la rencontre date d’il y a quelques heures, et que rien n’est encore inscrit dans le marbre. La Fédération National des Chasseurs annonce à travers le communiqué ci-dessous que le projet du permis à 200€, la réforme de l’ONCFS, et tenez-vous bien, l’obtention de la chasse aux oies jusqu’au 28 février dès 2019 sont acceptés sur le principe par le président Macron. Reste à lancer les chantiers ! Youpi !

 

624

Le Président de la République a reçu ce matin, à l’Elysée, Willy SCHRAEN, président de la Fédération Nationale des chasseurs, en compagnie de Thierry COSTE, conseiller politique de la FNC et de François PATRIAT, sénateur de la Côte-d’Or. Dans un échange extrêmement cordial et constructif, le Président de la République a donné son feu vert pour ouvrir le chantier de la réforme du permis de chasser à 200 euros.

L’autre chantier qui s’ouvrira également sera celui de la réforme de l’ONCFS et de l’avenir de la police de la nature. Le Président de la République a accepté également de lancer le chantier de la gestion adaptative des espèces, en commençant immédiatement par le cas de l’oie cendrée. Le chef de l’État a pris l’engagement que la chasse de l’oie cendrée soit possible du 1er au 28 février 2019, dans le cadre d’une dérogation de régulation, telle que l’avait proposée la FNC.

 Le Président de la République a clairement réaffirmé son soutien aux chasses traditionnelles et à l’ensemble des modes de chasse dont la vénerie fait partie. De nombreux autres sujets ont fait l’objet d’échanges pour mieux impliquer la chasse au cœur des politiques « biodiversité et ruralité ».

L’article de chassepassion.net est ici.

Commentaire

Mis à part le caractère pré-pubère de l’introduction de cet article (Youpi !), vous aurez évidemment remarqué son titre : « Une immense victoire pour la chasse Française ». Si l’on parle de victoire, on parle d’ennemi. Donc victoire contre qui, qui est l’ennemi ? Les français ? L’État ? Les anti-chasse ? La faune sauvage ? La biodiversité ? Le choix est vaste et c’est certainement un peu tout ça !

Alors, parlons des avantages qui ont déjà été accordés aux chasseurs. En effet, comment expliquer autrement que 1 150 000 chasseurs (1,76 %) puissent interdire à 65 millions d’habitants de se promener en forêt le dimanche durant la moitié de l’année, de début septembre à fin février. Comment expliquer l’autorisation de tirer avec un silencieux ? Comment expliquer l’extrême clémence des peines prévus par nos lois pour les accidents de chasse tels que les tirs mortels sur des promeneurs, des jardiniers ou d’autres chasseurs (alors même qu’ils ont tous des tenues orange fluo) ? Ou encore, tirer sur un cheval et déclarer l’avoir confondu avec un sanglier ? On dénombre de 600 à 634 morts (selon les sources) en 20 saisons de chasse en France. Comment expliquer aussi que dans l’Oise, depuis fin janvier 2018, 200 chasseurs assurent des « missions de surveillance » en complément de la gendarmerie ? Comment expliquer enfin que la Fédération Nationale des Chasseurs soit agréée pour la protection de l’environnement par le ministère du même nom ?

Regardons comment ça se passe pour les fonctionnaires portant une arme dans l’exercice de leurs fonctions ou missions (douaniers, policiers, gendarmes et militaires). Une visite médicale périodique complète (contrôle de la vue et de l’audition notamment) tous les deux ans en moyenne, des séances de tir, des cours théoriques sur les conditions d’ouverture du feu, de légitime défense ou encore de port et transport des armes, des cours de démontage/remontage et entretien des armes, tout cela permet l’obtention d’un certificat d’aptitude au tir (un pour chaque modèle d’arme utilisée ou susceptible de l’être). Et c’est obligatoire tout au long de la carrière. Le permis de chasser peut en revanche être présenté dès 16 ans. L’examen comporte une seule séance, d’une durée totale de 30 minutes, regroupant 4 exercices pratiques (pour 21 points), un atelier de 10 questions théoriques (pour 10 points) et il faut 25 points minimum sur 31 pour l’obtenir ….. à vie !

625.jpg

Cet article a été publié dans Chasse - Braconnage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.