Contre la pollution maritime, la Finlande met en service son premier car-ferry électrique

548  Un article de Novethic, par Marina Fabre, le 20/01/2018.

La Finlande vient de mettre en service son premier car-ferry électrique. Une étape cruciale pour ce pays dont seul le bateau permet de relier certains archipels. Le transport maritime est un des secteurs les plus contributeurs aux émissions de CO2 de la planète. Il pourrait représenter, en 2050, 17 % des émissions de gaz à effet de serre.

432.jpg

On a tendance à l’oublier dans les négociations climatiques mais le secteur maritime est un des plus polluants au monde. D’ici 2050 il devrait représenter 17 % des émissions de gaz à effet de serre. La Finlande est particulièrement concernée par cette problématique. Le bateau étant le seul moyen de rejoindre les bras et archipels qui morcellent le territoire.

Or, elle s’est fixée comme objectif, d’une part, d’être neutre en carbone d’ici 2050 (comme la France) et, d’autre part, d’atteindre 50 % d’énergies renouvelables dans son mix énergétique en 2020. Pour répondre à ces attentes, elle vient notamment de lancer son premier car-ferry électrique opéré par la compagnie FinFerries.

Les batteries rechargées en 5 minutes

Baptisé Elecktra, il fait la liaison entre Pargas et Nauvo dans l’archipel de Turku situé au sud du pays. Un parcours de 1,6 kilomètre qu’empruntent chaque année 600 000 passagers. C’est la liaison la plus fréquentée de Finlande. L’Elektra peut transporter jusqu’à 90 voitures par voyage et fait des rotations tous les quarts d’heure.

Le bateau est équipé de batteries électriques de 1 MW qui se rechargent partiellement en cinq minutes lorsque les voitures descendent de l’embarcadère. De quoi repartir pour 1,6 km. Il faudra une nuit pour que les batteries se rechargent complètement. Cette technologie a été développée par l’entreprise allemande Siemens.

Les moteurs diesel à la rescousse pour briser la glace 

« Les ferries électriques sont indispensables à une navigation durable, performante et fiable. Nous sommes fiers de contribuer aux avancées dans ce domaine, et nous sommes vraiment enthousiastes des possibilités qu’offrent ces technologies vertes », a déclaré le PDG de FinFeries, Mats Rosin.

Des moteurs diesel ont tout de même été conservés en cas de gel de la mer, comme cela peut arriver en hiver en Finlande. Les batteries électriques ne seraient pas assez puissantes pour briser la glace.

L’article de Novethic est ici.

A propos Jazz Man

Clarinettiste amateur, j'aime le jazz.
Cet article a été publié dans Pollution, Transition énergétique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.