La justice annule l’autorisation d’exploitation de la plus grande centrale biomasse de France, à Gardanne.

149   Un article du Monde.fr, le 08 juin 2017.

« L’étude d’impact n’est pas proportionnée à l’importance et à la nature du projet ». C’est en ces termes que le tribunal administratif de Marseille a annoncé, jeudi 8 juin, l’annulation de l’autorisation d’exploitation de la plus grande centrale biomasse de France, à Gardanne (Bouches-du-Rhône).

348

Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) est la troisième région forestière avec 1,5 million d’hectares de forêt, soit 9 % de la surface boisée du pays. AFP Photo /  Guillaume Souvant

Calibrée pour brûler des centaines de milliers de tonnes de bois par an, cette centrale, détenue par le groupe allemand Uniper, est un projet-clé du département en matière d’énergie. Cette usine de conversion du charbon à la biomasse, dont l’autorisation avait été délivrée par le préfet en 2012, répondait à l’appel d’offres lancé en 2011 par l’État afin d’atteindre son objectif de 23 % d’énergies renouvelables d’ici à 2020.

Volumes de bois importants.

D’une puissance de 150 mégawatts, la centrale biomasse de Gardanne représente un investissement de 250 millions d’euros et génère selon son exploitant 80 emplois directs. Elle doit fournir à terme 6 % de la production d’électricité de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, en consommant 850 000 tonnes de bois par an, pour moitié des déchets, pour moitié du bois issu de coupes forestières.

Des volumes qui ont provoqué l’inquiétude dans la région, bien qu’au démarrage de la centrale, il soit prévu que 55 % de la ressource soit importée. Les parcs régionaux du Luberon et du Verdon et deux communautés de communes des Alpes-de-Haute-Provence ont déposé, en mars 2015, un recours devant le tribunal administratif de Marseille contre l’autorisation d’exploitation de cette centrale à biomasse.

Centrale de Gardanne_04

La centrale électrique de Gardanne a migré du charbon vers la biomasse.

Des études d’impact avaient pourtant conclu que l’objectif de ne consommer que du bois local à partir de 2026 pouvait être atteint car la ressource existe, selon l’Etat, qui encourageait la structuration de la filière bois-forêt. Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) est, en effet, la troisième région forestière avec 1,5 million d’hectares de forêt, soit 9 % de la surface boisée du pays.

« Insuffisance de l’étude d’impact »

Le tribunal administratif de Marseille a jugé jeudi que cette « insuffisance de l’étude d’impact » du projet a « eu pour effet de nuire à l’information complète de la population. » Selon le tribunal, « la structure actuelle de la filière bois-énergie ne permettra pas de répondre aux exigences de fonctionnement de la centrale ». Selon le jugement, le besoin de la centrale à l’horizon 2024 représente « 37 % de la ressource forestière locale disponible ».

Pour les collectivités à l’origine du recours, l’enquête publique conduite à l’été 2012 n’aurait pas dû se limiter aux communes de Gardanne et de sa voisine Meyreuil, mais comprendre aussi celles du bassin d’approvisionnement. L’étude d’impact et l’évaluation Natura 2000 n’ont porté en effet que sur un périmètre de trois kilomètres autour de l’installation, alors que la centrale prévoit de brûler du bois coupé dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres, relève le tribunal. L’impact des rotations de camions qui alimenteront la centrale et la pollution atmosphérique (particules fines, dioxines, CO2) ont également été insuffisamment pris en compte, soulignent aussi les juges.

L’article du Monde est ici.


Commentaire :

Tout ce que les juges du Tribunal Administratif de Marseille ont souligné pourrait l’être pour l’usine de pellets d’Anor. Étude d’impact insuffisante, population mal informée, enquête publique limitée à la commune d’Anor alors que le bois sera collecté dans un rayon de 200 kilomètres, 250 000 tonnes de bois vert alors que notre département est le moins boisé de France, zone Natura 2000 à 400 mètres du projet mais aucun impact selon l’étude du promoteur. L’impact des rotations de camions et la pollution atmosphérique ont également été insuffisamment pris en compte.

Cet article a été publié dans Justice - Législation, La centrale de Gardanne. Ajoutez ce permalien à vos favoris.