Les arbres de la forêt des Étangs des Moines partent-ils pour la Chine?


114-1  Un article de La Voix du Nord, par Lionel Maréchal, le 03 décembre 2016.

De nombreuses coupes de bois se poursuivent dans la forêt des Étangs des Moines, à Fourmies. Depuis bientôt deux ans. Ce qui inquiète un promeneur des lieux, qui pointe le manque d’informations sur « la saignée effectuée ».

«  C’est peut-être la lutte du pot de terre contre le pot de fer mais je ne céderai pas  ». Septuagénaire retraité, Jacky Baivier, promeneur habituel des lieux depuis toujours, s’est naturellement fait le défenseur de la forêt domaniale (870 hectares qui appartiennent à l’État) des Étangs des Moines de Fourmies. Il faut dire que, depuis près de deux ans, les coupes de bois y sont nombreuses : «  On nous a dit que c’était pour régénérer la forêt ces éclaircissements. Il faut éviter la prolifération anarchique des arbres et éliminer les plus nocifs pour laisser la place au développement des plus beaux. Là-dessus, nous sommes d’accord. Mais, le problème, c’est que depuis 18 mois, ça ne s’arrête plus… Il y a même des impressionnantes coupes à blanc sur lesquelles on s’interroge s’il y aura un jour des replantations  ».

14991371_851745298301729_3416144635696108392_o

La forêt domaniale de Fourmies, route d’Anor.

«Le transporteur m’a confié que nos beaux arbres partaient pour la Chine».

Mais, ce que ne digère pas M. Baivier, c’est l’absence d’informations : «  Quand j’appelle l’Office national des forêts (ONF), on ne me répond pas alors que plein de gens m’interpellent, chaque jour, pour savoir ce qu’il se passe. Moi, j’ai ma petite idée…  ». C’est-à-dire ? «  Que je suis allé voir un transporteur qui venait de Belgique il y a quelques jours route d’Anor où il y a une saignée et où les grumes étaient chargées dans cinq conteneurs : il m’a confié que nos beaux arbres partaient via le port d’Amsterdam aux Pays-Bas, pour la Chine. Pour de l’ameublement qui reviendrait ensuite en Europe. Vrai ? Faux ? Impossible de vérifier, on ne me répond pas  ». Et le septuagénaire n’en démord pas : «  Il n’y a pas que les coupes visibles de la route, dit-il, il y a aussi toutes celles à l’intérieur. Mais je ne laisserai pas décimer ce massif  ». D’où son idée d’organiser une marche silencieuse, dans la forêt, prochainement, pour la population, afin qu’elle «  s’aperçoive de l’étendue des dégâts  ».

L’article est ici.

 

 

Publicités

A propos Jazz Man

Alerté lors de l’enquête publique en juin 2014 et intrigué par le projet d’usine de pellets industriels - qui sont destinés à alimenter des centrales électriques au charbon migrant vers le bois-énergie, en Belgique, en Angleterre ou en Allemagne - dans le bocage de Saint-Laurent à Anor, je me suis procuré l’ensemble des documents du dossier : étude d’impact et ses annexes, avis de l’autorité environnementale, avis consultatif du commissaire enquêteur, avis consultatif du Parc Naturel Régional de l’Avesnois, rapport de l’inspection des installations classées, avis du CODERST et arrêté préfectoral accordant l’autorisation d’exploiter une usine de fabrication de granulés de bois (120 000 T/an) et une centrale biomasse sans cogénération de 15 MW. J'ai été atterré par ce que j'y ai lu. Beaucoup de riverains étant du même avis, nous avons créé un collectif qui, au bout de quelques mois, est devenu l'association Anor Environnement. Le 20 novembre 2015, nous avons déposé un recours au Tribunal Administratif de Lille. En janvier 2016, la société Jeferco obtient de la préfecture une autorisation complémentaire permettant d'utiliser des bois de classe B (bois peints, collés, vernis et pouvant contenir des métaux lourds, des fongicides ou des pesticides) dans le processus de fabrication de son pellet pour l’industrie. Le 28 février 2017, le Tribunal Administratif de Lille annule l'autorisation d'exploiter accordée par le préfet du Nord à la société Jeferco. Début mars 2017, le promoteur fait appel. La décision de la Cour Administrative d’Appel de Douai est attendue pour le début de l’année 2018. Mais ce même promoteur prépare déjà un nouveau projet - probablement le même, la loi ayant changé pour lui être plus favorable - qui est en cours de finalisation. Si ce second projet obtient une autorisation, nous l'attaquerons aussi en justice. Car ce type d'usine polluante du monde d'avant, fonctionnant 24/24 et sept jours sur sept, n'a sa place ni ici, ni ailleurs !
Cet article a été publié dans Filière bois-énergie, Forêts - Biomasse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les arbres de la forêt des Étangs des Moines partent-ils pour la Chine?

  1. « Les arbres de la forêt des Etangs des Moines partent-ils pour la Chine? »
    La réponse est OUI ! Lisez la publication du 3 octobre dernier sur le blog d’Anor Environnement, à propos de l’article de Guillaume Pitron: « Braderie forestière au pays de Colbert » paru dans @lemondediplo d’octobre 2016 :
    https://anorenvironnement.wordpress.com/2016/10/03/braderie-forestiere-au-pays-de-colbert/

    Extrait :
    « Consommatrice majeure de produits forestiers, la deuxième puissance mondiale manque de bois. Il lui faut donc importer du bassin du Congo, de Russie, du Canada… Et, depuis une vingtaine d’années, la Chine convoite le hêtre et le chêne français. « Mes clients chinois me disent : “On te prend tout ce que tu peux trouver, la limite c’est toi qui la fixes” », raconte, un peu éberlué, le négociant Charlie Mola.
    Joignant le geste commercial à la parole, les Chinois ont renchéri leurs offres d’achat de grumes de 20 à 30 % par rapport aux prix du marché hexagonal. Une fortune à laquelle ni les propriétaires fonciers ni l’ONF n’ont résisté, et les négociants encore moins. « L’arrivée des Chinois a créé un sentiment d’aubaine », admet Mme Anne-Claude Cotreuil, gérante de la société de négoce Sovalef. En dix ans, son chiffre d’affaires annuel, porté par sa clientèle chinoise, est passé de 4 à 7 millions d’euros. Des trois millions de mètres cubes de bois français exportés dans le monde (5), la Fédération nationale du bois (FNB) a calculé que près du tiers était acheminé chaque année vers la Chine. »

    J'aime

  2. Ping : Les arbres des Étangs des Moines partent-ils pour la Chine? La réponse est OUI | Anor Environnement

Les commentaires sont fermés.