Les vieux arbres, alliés de l’environnement.

224  Un article de consoGlobe, le 17 janvier 2014.

De l’utilité des vieux arbres.

Une nouvelle étude révèle que plus un arbre est vieux, plus il a tendance à absorber du CO². Nous étions déjà tous convaincus que la forêt est un trésor : de la beauté des paysages jusqu’à l’application très pratique de la sylvothérapie, en passant par l’absorption de CO², les forêts sont à la fois esthétiques et utiles à la biodiversité. Le postulat de base a cependant été durant de nombreuses années que les vieux arbres contribuent moins à l’absorption de dioxyde de carbone. De la même manière que pour un animal, on partait du principe que la croissance diminue après une première phase très active.

Une analyse historique de multiples espèces.

118

22 kg, c’est une moyenne.

C’est ce qu’a voulu vérifier Nathan Stephenson, écologiste à la US Geological Survey de Three Rivers, en Californie, aux États-Unis. Ses collègues et lui  viennent de publier le résultat de leur étude dans la revue Nature, afin de déterminer l’impact exact des forêts sur le changement climatique. La quarantaine de chercheurs a analysé des données remontant jusqu’à 80 ans en arrière. Le postulat a été contré : en réalité plus un arbre est vieux, plus il capture de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Un arbre ne cesse jamais de grandir ! L’équipe a étudié 670.000 arbres pour 403 espèces différentes, présentes un peu partout sur le globe. Dans tous les cas, les spécimens les plus grands et les plus vieux de chaque espèce grandissaient le plus vite et absorbaient donc le plus de CO². Le dioxyde de carbone est ensuite stocké dans le tronc, les branches et les feuilles.

Les vieilles forêts stockent plus de carbone !

arbre

Cette réponse vient expliquer le fait que les forêts les plus vieilles stockent plus de CO², comme l’explique Nathan Stephenson : Nous savions déjà que les forêts anciennes stockaient plus de carbone que des forêts plus jeunes, mais les forêts anciennes ont des arbres de toutes tailles et il n’était pas clair lesquels grandissaient le plus vite, capturant ainsi le plus de dioxyde de carbone“.

Si les forêts sont de véritables puits de dioxyde de carbone, il reste à déterminer à quel point elles ralentissent le changement climatique. Quoi qu’il en soit, pour réduire le dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère, c’est mieux d’avoir davantage de gros arbres. L’équipe de chercheurs travaille à présent sur l’interaction entre climat et forêts.

L’article de ConsoGlobe est ici.


Commentaire

Voici enfin la preuve, par une étude sérieuse et d’envergure, que plus un arbre est vieux, plus il stocke du CO². Pourquoi je parle de ça ? Et bien parce que, dans son étude d’impact, le promoteur de l’ex-future usine à pellets tente de nous expliquer le contraire. Chapitre 4 – page 117 : « Par ailleurs, le projet aura un impact indirect positif sur le climat, car il permet de consommer des bois de second choix et de rajeunir les plantations. En effet, les bois jeunes, à volume et surface égale, une forêt jeune stocke beaucoup plus de CO², qu’une âgée avec de vieux arbres. » A la lecture de l’article ci-dessus, on constate qu’en plus d’avoir une syntaxe très douteuse, ce promoteur écrit de façon péremptoire des choses qu’il ignore, puisque les forêts les plus vieilles sont celles qui stockent le plus de CO².

Et, de fait, l’exploitation du projet engendrera un impact négatif important, et non pas négligeable, sur le réchauffement climatique ! C’est assez clair comme ça ?

227

Etude d’impact Jeferco, page 117.

 

A propos Jazz Man

Clarinettiste amateur, j'aime le jazz.
Cet article a été publié dans CO² - Ozone, Forêts - Déforestation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.