Le bois français de qualité devient rare.

134  Un article de France TV Info, le 14 novembre 2016.

Si la forêt française continue à gagner en superficie, il devient en revanche de plus en plus difficile de trouver du bois de grande qualité, qui demande de nombreuses années pour arriver à son apogée.

Les forêts françaises sont les troisièmes d’Europe en superficie. Si elles réussissent parfaitement à résister à l’urbanisation, gagnant même du terrain, elles contiennent en revanche de moins en moins de bois de bonne qualité. Près de 65 millions d’arbres sont récoltés chaque année pour de nombreux usages.

L’épicéa, denrée rare

Avoir des arbres de bonne qualité requiert cependant plusieurs dizaines d’années de vieillissement. Des périodes de trente, quarante ou cinquante ans sont parfois nécessaires. Le problème vient du fait que de nombreuses parcelles forestières appartiennent à des propriétaires privés qui replantent de moins en moins, la vente d’arbres jeunes rapportant de moins en moins. L’épicéa, particulièrement recherché pour sa qualité, devient difficile à trouver, causant une nette hausse des prix.

La vidéo de Francetvinfo.

Publicités

A propos Jazz Man

Alerté lors de l’enquête publique en mai 2014 et intrigué par le projet d’usine de pellets industriels dans le bocage de Saint-Laurent à Anor, je me suis procuré l’ensemble des documents du dossier : étude d’impact, avis de l’autorité environnementale, avis de la commissaire enquêteur, avis du Parc Naturel Régional de l’Avesnois, rapport de l’inspection des installations classées et arrêté préfectoral accordant l’autorisation d’exploiter une unité de fabrication de granulés de bois et une centrale biomasse. J'ai été atterrés par ce que j'y ai lu. Plusieurs riverains étaient du même avis, nous avons donc créé un collectif. Au bout de quelques mois ce collectif est devenu une association : Anor Environnement. Le 20 novembre 2015, nous avons déposé un recours au Tribunal Administratif de Lille. En janvier 2016, la société Jeferco obtient une autorisation complémentaire permettant d'utiliser du bois de classe B (bois peints, collés, vernis et contenant potentiellement des métaux lourds) dans le process de fabrication de son pellet industriel. Le 28 février 2017, le Tribunal Administratif de Lille annule l'autorisation d'exploiter que le préfet du Nord avait accordé à la société Jeferco.
Cet article a été publié dans Biodiversité, Filière bois - Energie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s