La mouche du coche.

Le 15 mars, un article de La Voix du Nord intitulé : « Anor, pourquoi aucune date pour le début du chantier de l’usine à pellets? » était publié sur cette page. Et dans son édition d’aujourd’hui, le même journal corrige une phrase de cet article.

En fait c’est très simple. Les seuls endroits autorisés, selon la loi, à brûler des bois souillés (classe B) sont les incinérateurs et les cimenteries.

Et donc, par conséquent, du coup et fort logiquement l’usine à polluer n’est pas autoriser à bruler des bois souillés. Même par « erreur » !!

Pour le « certains seuils » des rejets atmosphériques, l’arrêté préfectoral est très clair, la somme totale des flux polluants de cette usine est de 290 tonnes par an.

097

Arrêté préfectoral-pollution

Extrait de l’arrêté préfectoral, page 9, « Valeurs limites des flux de polluants rejetés. »

Cet article a été publié dans L'usine à pellets d'Anor. Ajoutez ce permalien à vos favoris.