Alerte aux particules fines.

Et oui, le vent est tombé. Donc nous sommes en alerte particules fines …… Il va falloir nous habituer car avec l’usine à polluer ça sera comme ça tous les jours !!

093

http://www.atmo-npdc.fr/

Samedi 12/03/2016, les départements du Nord et du Pas-de-Calais sont concernés par un épisode de pollution atmosphérique. Les concentrations dans l’air en particules en suspension PM10 dépasseront le niveau d’information et de recommandation, 1er seuil réglementaire fixé à 50 µg/m3 en moyenne journalière.

Qu’est-ce qu’une alerte à la pollution de l’air ?

Un épisode de pollution correspond à une période, où les concentrations de polluants dans l’atmosphère ne respectent pas ou risquent de ne pas respecter les seuils réglementaires (seuil d’information/recommandation et seuil d’alerte) et selon des critères prédéfinis (pourcentage de surface de la zone ou pourcentage de population impactés, niveau réglementaire franchi, durée de l’épisode, …) 

Quatre polluants sont intégrés dans la procédure de déclenchement d’épisode de pollution de l’air :

  • l’ozone (O3)
  • le dioxyde d’azote (NO2)
  • le dioxyde de soufre (SO2)
  • les particules en suspension (PM10)092

     Lors d’épisode de pollution atmosphérique, deux niveaux sont définis : le niveau d’information/recommandation et le niveau d’alerte.

    Le niveau d’information et de recommandation est le niveau au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé humaine de groupes particulièrement sensibles au sein de la population et qui rend nécessaire l’émission d’informations immédiates et adéquates à destination de ces groupes et des recommandations pour réduire certaines émissions.

    Le niveau d’alerte est le niveau au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé de l’ensemble de la population ou un risque pour la dégradation de l’environnement, justifiant l’intervention de mesures d’urgence.

     Un épisode de pollution atmosphérique est déclenché si un des seuils réglementaires est susceptible d’être dépassé et qu’un ou plusieurs critères sont remplis.

    Critères prédéfinis pour caractériser un épisode de pollution : (par modélisation et uniquement pour les particules PM10, l’ozone et le dioxyde d’azote) :

    • soit à partir du critère de superficie : dès lors qu’une surface d’au moins 100 km2 au total dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais est concernée par un dépassement de seuil (estimation par modélisation pour les particules PM10, l’ozone et/ou le dioxyde d’azote) ;
    • soit à partir du critère de population : lorsqu’au moins 10% de la population d’un des deux départements sont concernés par un dépassement de seuil (estimation par modélisation pour les particules PM10, l’ozone et/ou le dioxyde d’azote) ;
    • soit à partir des mesures constatant le dépassement du seuil :lorsque le dépassement de seuil est constaté par la mesure d’une station (une station de fond pour le dioxyde d’azote et une station, quel que soit la typologie, pour le dioxyde de soufre).

     

    Un épisode de pollution peut être déclenché sur une ou plusieurs zones en fonction du polluant concerné :

    • « Départements Nord et Pas-de-Calais » pour les poussières en suspension et l’ozone: la prévision de dépassement des seuils définis entraîne le déclenchement du dispositif d’information et d’alerte sur les deux départements du Nord et du Pas-de-Calais,
    • « Établissement Public de Coopération Intercommunale » pour le dioxyde d’azote: la prévision de dépassement des seuils définis entraîne le déclenchement du dispositif d’information et d’alerte sur une ou plusieurs zones territoriales,
    • « Zone » pour le dioxyde de soufre: le dépassement constaté des seuils définis entraîne le déclenchement du dispositif d’information et d’alerte autour du site de mesure du dioxyde de soufre.

    QUELS SONT LES RÔLES DES AUTORITÉS ?

    Lorsqu’un niveau d’information et d’alerte est prévu, les pouvoirs publics mettent en œuvre un plan de protection gradué pour réduire les émissions de polluants atmosphériques en en fonction des concentrations de polluants et de la nature exacte de la pollution; automobile, industrielle, etc. (arrêté interpréfectoral du 27 octobre 2015) comme par exemple  :

    • des limitations de vitesse,
    • des restrictions de la circulation automobile et routière de transit,
    • des réductions des émissions de certaines installations industrielles,
    • la gratuité des transports en commun, …
Cet article a été publié dans Pollution. Ajoutez ce permalien à vos favoris.