Usine de pellets de Cosne/Loire : des riverains se sont plaints.

Voici un reportage qui date du 30 janvier 2014. L’usine de Cosne/Loire fonctionne depuis un mois, n’a pas encore été inaugurée, mais déjà le bruit dérange. Lisez bien jusqu’au bout, c’est ce qui nous attend !!

Un article de Pierre Brérard du Journal du Centre, du 30 janvier 2014.

Des riverains se sont plaints, mais la direction de Biosyl va régler le problème rapidement.

Biosyl est entrée en production il y a un mois. La direction a promis que les nuisances sonores qui chagrinent les riverains vont s’estomper. L’implantation de Biosyl, usine spécialisée dans la production de granulés de bois, dans le paysage économique Cosnois, avec ses trente emplois directs et ses soixante emplois indirects, fait grand bruit. Ce qui n’était pas prévu au programme, ce sont les nuisances sonores produites, entre autres, par la presse à granulés et la pompe à chaleur.

Les riverains, habitants ou sociétés exerçant leurs activités juste à côté, n’ont pas mi longtemps à réagir. Sans être excédés, ils ont fait entendre leur voix. « C’est pénible », lance cet habitant de la rue des Quatre-Fils-Doumer. « Mon voisin qui me l’a fait remarquer. Pour le moment, ce n’est pas trop grave,  mais si ça se prolonge jusqu’au printemps, voire l’été, ce ne sera plus la même musique. Car quand il fait beau, nous ouvrons le fenêtres. Nous avons fait remonter ce sentiment à l’Agence de développement de Cosne. Nous nous sommes réunis à plusieurs reprises et l’on nous a assuré que la résolution du problème était toute proche. »

Difficile de dormir.

Du bruit des machines, Yves Capela en a assez. Patron de la société Cosne Dépannage, il voit et entend les machines vingt-quatre heures sur vingt-quatre, car il habite dans un pavillon juste à coté de son atelier. « C’est intenable ce bruit parfois. Ma maison est équipée du double vitrage, mais ça ne suffit pas », explique-t-il. « Parfois, je me réveille la nuit et je ne dors plus. De plus, l’éclairage ne nous aide pas. » Malgré tout, le patron ne veut pas polémiquer. « C’est ennuyeux, mais nous n’en faisons pas une montagne non plus. C’est une usine qui s’est implantée à Cosne, qui a apporté du travail. Tout ne peut pas être parfait d’un coup. »

A portée de fusil, juste derrière Biosyl, les entreprises font contre mauvaise fortune bon cœur. « Ce n’est pas très confortable effectivement », précise-t-on du côté de la direction de la Fiducial.

Pas de pollution, mais de la poussière de bois.

« Depuis un mois, nous nous sommes habitués. Il n’y a, semble-t-il heureusement, pas de pollution, simplement des poussières de bois. Le soir quand on repart, nos voitures sont un peu ocres. » Qu’en sera-t-il cet été? Même constat cinquante mètres plus loin au sein des ambulances du Nohain. « Le bruit des machines, on l’entend. Mais nous restons tolérants », confie la patronne Marie-Christine Damien. « La pièce qui fait défaut va bientôt arriver et ça ira beaucoup mieux à mon avis. Pour le moment, nous nettoyons nos voitures un peu jaunies. »

Connaissance du problème.

Grand patron de Biosyl, Antoine de Cockborne connaît le problème. « Je comprends les doléances des riverains. Je n’aimerais pas non plus les subir. Le filtre qui va permettre de résorber le bruit a été commandé. Nous allons bientôt le recevoir. Je crois qu’après l’avoir installé, tout devrait rentrer dans l’ordre ». Et Biosyl pourra tourner plein pot. Sans bruit espèrent les riverains.

Usine_Biosyl-Cosne-sur-loire-8

Cet article a été publié dans Les autres usines à pellets. Ajoutez ce permalien à vos favoris.